Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
“Past Imperfect”

“Past Imperfect”

By Valdemar Gómez García

Other languages: 🇪🇸 🇫🇷

Don’t Rely Solely on the Past to Define Your Self-Worth.

     Before considering whether or not it is useful to reflect on past life events, we must understand the difference between introspection or self-absorption and the examination of conscience.

     If introspection is not supported by professional therapy, it will become an exercise of withdrawal or flight into the past. The object of such an exercise is the contemplation of one’s worth or esteem. This exercise is in itself useless, as it does not lead to any personal improvement. Psychological withdrawal or self-absorption leaves only room for oneself. The person who does it remains alone, disengages from reality, and places all hope of perfection and perhaps salvation in self-esteem or self-worth. The problem with this practice is that one ends up contemplating one’s limitations, with the risk of falling into anguish and even guilt when one sees how far one is from reaching the self-imposed and idealized image of oneself.

Vintage Photo Memories.

     Special care should be taken not to confuse psychological introspection with the practice of ethical self-reflection or religious examination of conscience. These practices are aimed at improving the human person. Their purpose is not the contemplation of oneself, but the discernment and evaluation of the conformity of one’s actions with the ethical and moral norms of a given society or religion.

     The way these practices work can be summed up in the proverb: the tree is known by its fruits. We constantly evaluate our conduct in the face of ethical-moral or religious standards. If we find our conduct does not conform to these standards, we change or make adjustments to our actions to approach moral perfection. Ethical-moral and religious norms, since they do not come from our subjectivity, are capable of purifying the heart (conscience) by shedding light on our true intentions. These norms refer us to a higher moral dignity, thus exercising a therapeutic action by correcting the intentions of the heart, the origin of our actions. They also encourage us to step out of our moral comfort zone.

     It is important to note that ethical-moral and religious norms, alien to our subjective imaginary, are not susceptible to psychological manipulation that impoverishes them by equating them with one’s worth. On the other hand, those who are driven by their psychological impulses become the measure of their conduct and are incapable of achieving virtue or character. Self-absorbed, they are at the mercy of mood swings that make them prone to distress, guilt, and shame, for these feelings arise from self-criticism and self-reproach rather than from ethical and religious values. 

      Torturing ourselves by thinking about past failures and missed opportunities is madness. Ethical and religious norms, on the other hand, anchor us firmly in the present for the future. The desire or ideal for change and self-improvement is already a projection into the future. Morals and religion become, for those who embrace them, ideals of life that structure and guide this change. Although such ideals are above man, they do not alienate him but correspond to the deepest aspirations of his human nature, which urges him with a certain necessity to attain personal perfection.

Memory. Photo: Luiz Mendeiros.

    The self-absorbed person lives in the subjectivity of imagination and memory, a meeting place with the past. In contrast, the centered and level-headed person exists in the present. Our mental health is determined to some extent by our attention and action in the present. The matter of our body makes us experience change or becoming in our psychology and thinking. However, we also experience that we are different from our becoming, as we do not undergo any change in our existence or being. The experience of existing in the present makes us realize that we are different from our past, our memories, and our failures, that we are not our problems. This allows us to heal our wounds. Self-absorption, on the other hand, prevents us from recognizing our existence and our being as something different from the situations and circumstances that cause us pain and sorrow.

   Those who judge their past in light of the present run the risk of reproaching and condemning not only their past actions but their whole lives, shaming themselves and becoming morally rigid and discouraged. By “light of the present” we mean the knowledge acquired through study, work, or dealings with good and ethically and morally valuable people, whose examples teach us prudence and wisdom. It also includes improvements in our well-being and spiritual life, and well-used opportunities for self-improvement. In short, everything that has recently contributed to developing in us better judgment and greater prudence that we previously lacked. However prudent we may be, we should not recriminate our past with the light we enjoy in the present; for we never experience the same situation twice in life under the same circumstances.

     The past does not change, but we can consider it in light of what we want to achieve in the future. It is not the future that can be changed, but the present. All change takes place in the present. The past becomes a life lesson when viewed in light of a self-improvement project. Past experience seen in the light of an ideal that surpasses us in dignity, will truly build the improved version of ourselves.

“Past Imperfect”

“Passé imparfait”

Par Valdemar Gómez García

Autres langues: 🇬🇧 🇪🇸

Ne vous fiez pas uniquement au passé pour définir votre valeur personnelle.

     Avant de considérer l’utilité de réfléchir aux événements de notre vie passée, il sera bon de comprendre la différence entre l’introspection ou le repli sur soi et l’examen de conscience.

      Si l’introspection n’est pas soutenue par une thérapie professionnelle, elle deviendra un exercice de repli sur soi ou de fuite dans le passé. L’objet d’un tel exercice est la contemplation de notre valeur ou de notre estime. Cet exercice est en soi inutile, car il ne conduit à aucune amélioration personnelle. L’exercice mental d’introspection ou de repli sur l’intérieur psychologique ne laisse de place qu’à soi-même. Celui qui le fait reste seul, se détache de la réalité et place tout espoir de perfection et peut-être de salut dans dans sa propre estime ou son amour-propre. Le problème de cette pratique est que l’on finit par contempler ses limites personnelles, avec le risque de tomber dans l’angoisse, voire la culpabilité, lorsqu’on réalise la distance entre l’image idéalisée de soi que l’on s’était imposée et la réalité.

Mémoire.

     Il faut veiller à ne pas confondre le repli psychologique avec la pratique de la réflexion éthique ou de l’examen de conscience religieux. Ces pratiques visent à améliorer la personne humaine. Leur objectif n’est pas la contemplation de soi, mais le discernement et l’évaluation de la conformité de ses actions avec les normes éthiques et morales de la société dans laquelle on vit ou de la religion que l’on professe.

     Le fonctionnement de ces pratiques peut être résumé par le proverbe: l’arbre est connu par ses fruits. Nous évaluons constamment notre conduite par rapport aux normes éthiques, morales ou religieuses. Si nous constatons que notre conduite n’est pas conforme à ces normes, un autre plan d’action est développé dans le but d’atteindre la perfection en matière de conduite morale. Les normes et standards éthico-moraux et religieux, ne provenant pas de notre subjectivité, sont capables de purifier notre cœur (conscience) en faisant la lumière sur nos véritables intentions. Ces normes nous renvoient à une dignité morale supérieure, exerçant ainsi une action thérapeutique, corrigeant les intentions du cœur qui sont à l’origine de nos actions, tout en nous encourageant à sortir de notre zone de confort moral.

     Il est important de souligner que les normes éthico-morales et religieuses, étrangères à notre imaginaire subjectif, ne sont pas susceptibles de manipulation psychologique qui les appauvrit en les assimilant à l’estime ou la valeur de soi. Au contraire, ceux qui se laissent emporter par leurs impulsions psychologiques deviennent la mesure de leur propre conduite et sont incapables d’atteindre la vertu ou le caractère. Absorbés sur eux-mêmes, ils sont à la merci de sautes d’humeur qui les rendent enclins à l’angoisse, à la culpabilité et à l’apitoiement, car ces sentiments proviennent de l’autocritique et de l’auto-reproche et non des valeurs éthiques et religieuses. 

     Se torturer en ressassant les échecs passés et les occasions manquées est une folie. Les normes éthiques et religieuses, en revanche, nous ancrent fermement dans le présent pour l’avenir. Le désir ou l’idéal de changement et d’amélioration de soi est déjà une projection dans l’avenir. La morale et la religion deviennent, pour ceux qui les embrassent, des idéaux de vie qui structurent et guident ce changement. Bien que ces idéaux soient au-dessus de l’homme, ils ne l’aliènent pas, mais correspondent aux aspirations les plus profondes de la nature humaine, qui le poussent à un certain besoin d’atteindre la perfection personnelle.

Mémoire. Photo: Luiz Madeiros.

     La personne absorbée ou repliée sur elle-même vit dans la subjectivité de l’imagination et de la mémoire, lieu de rencontre avec le passé. D’autre part, la personne sage et sensée existe dans le présent. Notre santé mentale est déterminée dans une certaine mesure par notre attention et notre action dans le présent. La matière de notre corps nous fait vivre le changement ou le devenir de notre psychologie et de notre pensée. Cependant, nous faisons également l’expérience que nous sommes différents de notre devenir, car nous ne subissons pas de changement dans notre existence ou notre être. L’expérience d’exister dans le présent nous fait comprendre que nous sommes différents de notre passé, de nos souvenirs et de nos échecs, que nous ne sommes pas nos problèmes. Cela nous permet de guérir nos blessures. Le repli sur soi, quant à lui, nous empêche de reconnaître notre existence et notre être comme quelque chose de différent des situations et des circonstances qui nous font du mal ou nous font souffrir.

    Celui qui juge son passé à la lumière du présent court le risque de reprocher et de condamner non seulement ses actions passées, mais toute sa vie, de devenir honteux et moralement rigide et déprimé. Par “lumière du présent”, nous entendons les connaissances acquises par l’étude, le travail ou les relations avec des personnes bonnes et dignes sur le plan éthique et moral, dont les exemples nous enseignent la prudence et la sagesse. Il s’agit également de changements dans notre bien-être et notre vie spirituelle, et d’opportunités d’amélioration de soi. Bref, tout ce qui a récemment contribué à développer en nous un meilleur jugement et une plus grande sagesse qui nous manquaient auparavant. Aussi sage que nous soyons, nous ne devons pas récriminer notre passé avec la lumière dont nous jouissons aujourd’hui, car nous ne vivons jamais deux fois la même situation dans la vie, dans les mêmes circonstances.

     Le passé ne change pas, mais nous pouvons le considérer à la lumière de ce que nous voulons accomplir à l’avenir. Ce n’est pas l’avenir qui peut être changé, mais le présent. Tout changement a lieu dans le présent. Le passé devient une leçon de vie lorsqu’il est lu à la lumière d’un projet de développement personnel. L’expérience passée vue à la lumière d’un idéal qui nous dépasse en dignité, construira la version améliorée de nous-mêmes.

MDNMDN